E-cigarette que savons nous après une décennie?

5/5 - (1 vote)

Cela fait une décennie que les e-cigarettes ont gagné en popularité en Europe autant que dans chaque continent. Depuis lors, les types de dispositifs disponibles et le nombre de personnes qui les utilisent ont fortement augmenté. En 2019, 45 millions de personnes vapotaient, et le nombre n’a jamais cessé de croitre, pour atteindre un chiffre de 55 millions de vapoteurs à travers le monde courant 2021.

La popularité des e-cigarettes s’est accrue, tout comme le débat qui les entoure.

Le principal argument de vente des e-cigarettes et des cigarettes électroniques jetables est qu’elles constituent un moyen d’aider les gens à arrêter de fumer et à réduire les dommages causés par la principale cause de cancer dans le monde : Le tabac.

Mais il s’agit d’une question d’équilibre. Les e-cigarettes contiennent de la nicotine et il est donc important de veiller à ce que les personnes qui n’ont jamais fumé, en particulier les jeunes, ne commencent pas à les utiliser.

Il peut être difficile de se souvenir de l’époque où l’on ne vapotait pas, mais dans le cadre de la recherche, dix ans, ce n’est pas si long. Et il nous reste encore beaucoup à comprendre au sujet des implications de la vape sur la santé.

D’importantes questions autour des e-cigarettes sont souvent posées et méritent des réponses claires.

 

Dangers de la cigarette électronique : Que savons nous vraiment sur le vapotage?

Tous les mois, rien qu’en France, près de 100.000 requêtes internet posent des questions autour de la vape, des e-cigarettes et des dangers sur la santé. La raison à cela est simple à comprendre : Il y a beaucoup de messages contradictoires sur les e-cigarettes, avec de nombreux titres proclamant que le vapotage est aussi mauvais, voire pire, que le tabagisme.

En réalité, toutes les études scientifiques montrent que le vapotage est bien moins nocif que le tabagisme. Moins nocif ne veut pas dire inoffensif, mais là encore, les réponses du net sont confuses et contradictoires.

 

Qu’est-ce qu’une e-cigarette, et quels sont ses effets sur la santé ?

Les e-cigarettes (également appelées “cigarettes électroniques”) chauffent un liquide pour qu’il se transforme en vapeur et que les gens puissent la respirer. Elles peuvent contenir de la nicotine, substance chimique qui crée une dépendance et que l’on trouve dans les cigarettes.

Certaines études ont montré les effets nocifs de la vapeur des e-cigarettes. Cependant, elles sont généralement menées sur des animaux ou des cellules en laboratoire, plutôt que sur des personnes. Et les concentrations de vapeur d’e-cigarettes utilisées sont souvent beaucoup plus élevées que celles auxquelles les gens seraient exposés dans la vie réelle.

Si ces études sont utiles pour explorer les effets potentiels des e-cigarettes, elles ne doivent pas être utilisées pour estimer l’impact réel sur l’homme.

Le ton du débat peut également dépendre de l’endroit où vous vivez. En 2019, les États-Unis ont connu une épidémie de plusieurs milliers de cas de maladies respiratoires et près de 70 décès liés à l’utilisation de produits de vapotage. Mais là encore, les gros titres peuvent être trompeurs, car ces cas étaient dus à des contaminants dans des produits illégaux et non liés au vapotage régulier. Il n’y a pas eu d’épidémie similaire en France et en Europe, où les produits chimiques mis en cause sont interdits.

Les meilleures preuves disponibles chez l’homme montrent que les e-cigarettes sont beaucoup moins nocives que le tabac. Par exemple, une étude a révélé des niveaux d’exposition aux produits chimiques nocifs nettement inférieurs chez les personnes qui sont passées du tabac au vapotage par rapport à celles qui ont continué à fumer. Ces niveaux étaient similaires à ceux des personnes utilisant une thérapie de remplacement de la nicotine (TRN). Rien ne prouve non plus que la vapeur secondaire des e-cigarettes soit nocive pour les passants.

Mais les e-cigarettes sont un produit relativement nouveau. C’est pourquoi il n’y a pas assez de recherches sur leur utilisation à long terme ou sur leurs effets chez les personnes qui n’ont jamais fumé.

En bref, il y a encore beaucoup à apprendre.

Mais ce que les chercheurs ont eu le temps d’observer, au fil des décennies, c’est l’énorme quantité de recherches montrant que le tabac est extrêmement nocif. C’est pourquoi les experts peuvent être sûrs que les e-cigarettes sont beaucoup moins nocives que le tabac. Ce constat est largement partagé par les chercheurs et les organismes de santé publique.

 

Les e-cigarettes aident-elles les gens à arrêter de fumer ?

Il existe de plus en plus de preuves dans le monde entier que les e-cigarettes peuvent aider les gens à arrêter de fumer. D’après un article du Figaro, section santé, paru mi-2019, 700.000 fumeurs français auraient arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique.

La recherche montre que le meilleur moyen d’arrêter de fumer est de passer par des services d’aide à l’arrêt du tabac, en combinant conseils et médicaments sur ordonnance. Nous avons maintenant des preuves que les e-cigarettes combinées avec le soutien comportemental des services d’arrêt du tabac sont également efficaces pour aider les gens à arrêter de fumer.

De l’avis des spécialistes et des cancérologues interrogés, tant que les e-cigarettes apporteront un soutien aux individus dans leur volonté de sevrage tabagique, il est primordial de ne pas les en dissuader.

Mais il reste encore beaucoup de choses à découvrir. Par exemple, il existe peu de recherches sur le rôle que jouent les différents types de dispositifs, les concentrations de nicotine et les arômes dans l’aide à l’arrêt du tabac. Le vapoteur garde sa gestuelle d’ex-fumeur, consomme (ou peut consommer) un taux de nicotine correctement dosé, et conserve un lien social… Tous ces facteurs restent autant de pistes pour comprendre le succès de la vape dans le sevrage tabagique.

Bien que le nombre de fumeurs en France et en Europe continue de baisser, les niveaux dans les populations les plus défavorisées sont encore beaucoup plus élevés que dans ceux plus aisés, de sorte que les experts sont particulièrement intéressés à savoir si les e-cigarettes pourraient contribuer à réduire cette inégalité. Des recherches récentes ont suggéré que les personnes issues des groupes socio-économiques les plus défavorisés pourraient être plus susceptibles d’utiliser des e-cigarettes, mais on ne sait pas encore si cela signifie que les e-cigarettes vont améliorer les taux d’arrêt du tabac dans ces communautés.

 

Le vapotage chez les jeunes conduit-il au tabagisme ?

Une autre question qui fait souvent les gros titres concerne le vapotage chez les jeunes et la question de savoir si les e-cigarettes incitent les gens à commencer à fumer – ce que l’on appelle “l’effet passerelle”.

Dans l’ensemble, il n’y a pas de preuves solides d’un effet de passerelle et d’une dérive des jeunes vers le tabac lié au monde de la vape. Bien que l’expérience des e-cigarettes chez les jeunes ait augmenté ces dernières années, le vapotage régulier chez les jeunes reste très faible.

Certaines recherches montrent que les jeunes qui utilisent des e-cigarettes sont plus susceptibles de fumer plus tard. Mais il s’agit d’une relation délicate à démêler, car les jeunes qui vapotent sont plus susceptibles de fumer. Les experts ont suggéré que certains jeunes sont généralement plus susceptibles d’adopter des comportements “à risque”, comme l’alcool, la drogue, le tabac et le vapotage. Par conséquent, les études portant sur le tabagisme et le vapotage chez les jeunes ne montrent pas nécessairement que le vapotage les conduit à commencer à fumer, mais qu’ils sont susceptibles de faire les deux de toute façon.

La bonne nouvelle, c’est que les taux de tabagisme et les perceptions de l’acceptabilité du tabagisme ont diminué chez les jeunes, même depuis l’introduction des e-cigarettes. Il ne semble donc pas que les e-cigarettes aient entravé la baisse prometteuse des niveaux de tabagisme chez les jeunes.

 

Est-il possible de fumer et de vapoter en même temps ?

Rien ne prouve actuellement que l’utilisation simultanée de cigarettes et d’e-cigarettes soit pire que le simple fait de fumer. Mais il est clair que le passage à la vape pour la santé n’a de sens que si les ex-fumeurs passent complètement du tabac à la vape.

Il reste des questions sans réponse à ce sujet. Il se peut que certaines personnes passent par une période où elles fument et vapotent à la fois pour les aider à arrêter de fumer, mais pour l’instant nous ne savons pas combien de temps dure cette période de transition, ni comment elle varie d’une personne à l’autre.

Les experts doivent découvrir ce qui pousse les gens à passer de la combinaison tabac/vape à la seule vape et comment ils peuvent les aider à le faire.

Commencer dès aujourd’hui votre sevrage tabagique avec nos E-liquides au dosage de nicotine maîtrisé:

Affichage de 1–12 sur 56 résultats

Affichage de 1–4 sur 41 résultats

Destockage E-liquide !

Votre Panier