Eliquide DIY, Eliquide pas cher en ligne

Les patchs de Nicotine : un effet bénéfique au-delà de l’arrêt du tabac ?

Les patchs de Nicotine un effet bénéfique au-delà de l’arrêt du tabac
5/5 - (5 votes)

La nicotine contenue dans les cigarettes rend les personnes dépendantes, toutefois les chercheurs espèrent que la nicotine et les composés apparentés auront des utilisations thérapeutiques. La nicotine est à juste titre vilipendée en raison de ses associations avec le tabagisme et la dépendance. Mais cette substance a de nombreux effets sur le cerveau, incluant certaines propriétés curatives. Les chercheurs testent la nicotine et des composés apparentés comme traitements de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, du trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) et d’autres pathologies.

L’automédication à la cigarette

Des études épidémiologiques ont fait allusion au potentiel thérapeutique de la nicotine. Au cours des années 1980, plusieurs études ont constaté que les fumeurs avaient des taux de maladie de Parkinson inférieurs à ceux des non-fumeurs. Les épidémiologistes ont également validé ce que de nombreux praticiens en santé mentale ont remarqué depuis longtemps : le taux de tabagisme chez les personnes atteintes de schizophrénie, de dépression et de troubles anxieux est bien supérieur à la moyenne. Il est largement admis que les personnes souffrant de certains problèmes de santé mentale s’automédicamentent avec des cigarettes parce que la nicotine aide leur esprit à mieux fonctionner.

Une expérience des plus enrichissantes

Bien que le nombre de fumeurs diminue, le tabagisme représente toujours environ 1 décès sur 7. Et le tabac, en particulier lorsqu’il est fumé, crée une forte dépendance. La cigarette envoie la nicotine directement dans les poumons, où elle est absorbée par le sang, transportée vers le cœur et pompée vers le cerveau. Un aspect de la dépendance est le sevrage, et les symptômes du sevrage à la nicotine commencent généralement en quelques heures et consistent en une envie, une irritabilité, une anxiété, une agitation et une augmentation de l’appétit. Même après avoir arrêté de fumer, l’envie peut durer des mois, voire des années.

Les effets psychologiques de la nicotine semblent au premier abord contradictoire : augmenter la vigilance tout en procurant une sensation de détente et de calme. Une explication possible est que l’effet varie avec l’état initial de l’utilisateur. Pour quelqu’un qui est agité, la nicotine a un effet calmant. Pour quelqu’un qui ne l’est pas, cela augmente la vigilance. Cette différence peut également aider à expliquer pourquoi la nicotine, contrairement à de nombreuses autres drogues addictives, n’agit pas de la même façon lorsque la dose augmente.

La nicotine crée une dépendance car elle déclenche une réaction dans le système de récompense du cerveau, les structures chargées de nous donner des sensations agréables. Dans les faits, la nicotine intensifie l’activité du neurotransmetteur dopamine dans une partie du cerveau appelée noyau accumbens. La cocaïne et les amphétamines font à peu près la même chose. Mais les experts estiment que cela peut avoir un effet supplémentaire parce que le médicament amplifie la réponse du cerveau aux comportements associés au tabagisme. En d’autres termes, ce n’est pas seulement la nicotine, mais les sensations agréables qu’elle confère aux comportements associés au tabagisme qui rendent la nicotine si addictive. Il exsite de nos jours des cigarettes électroniques jetables, PUFF bar  sans nicotine.

La cigarette donne un accès direct à la nicotine au cerveau

La nicotine peut créer une dépendance sans fumée de cigarette. La nicotine est utilisée sous d’autres formes, comme par exemple le tabac à chiquer ou le snus qui se place entre la gencive et la lèvre. En règle générale, cependant, la plupart des drogues illégales ne créent pas une telle dépendance si elles sont administrées plus progressivement. En Amérique du Sud, les feuilles de coca sont mâchées ou utilisées pour faire du thé comme stimulant doux. Quels que soient les effets nocifs, ils sont loin de renifler de la cocaïne. Le méthylphénidate (Ritalin) est chimiquement plus ou moins le même médicament que les amphétamines injectables fabriquées dans des laboratoires illicites. Mais sous forme de cachets pour le traitement du TDAH, les effets sur le cerveau sont tellement plus doux que cela change le caractère du médicament, malgré les similitudes chimiques.

Effets autres que sur le cerveau

La nicotine a des effets cardiovasculaires négatifs, augmentant la tension artérielle et provoquant la constriction des artères, mais on peut débattre de leur importance. Les médecins étaient initialement très préoccupés par la prescription du patch à la nicotine et d’autres thérapies dites de remplacement de la nicotine pour les fumeurs souffrant de maladies cardiaques. Mais plusieurs études au milieu des années 1990 ont montré que les substituts nicotiniques n’augmentaient pas le nombre de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux chez ces patients à haut risque, de sorte que ces inquiétudes ont diminué. Pourtant, il s’agissait d’études à court terme, de sorte que les dommages cardiovasculaires liés à une utilisation à long terme pourraient être un problème.

La plupart des experts disent que la nicotine elle-même ne cause pas de cancer. C’est addictif, ce qui rend les gens accro à la cigarette, mais l’opinion dominante est que ce sont d’autres substances présentes dans la fumée de tabac (hydrocarbures aromatiques polycycliques, nitrosamine spécifique au tabac) qui causent des dommages à l’ADN et donc le cancer. Des chercheurs ont mené des expériences qui montrent que la nicotine peut stimuler l’angiogenèse ou la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Les tumeurs libèrent des produits chimiques angiogéniques qui créent des vaisseaux sanguins afin qu’elles aient plus de sang pour alimenter leur croissance. Un certain nombre de médicaments de traitement du cancer sont des inhibiteurs de l’angiogenèse, conçus pour bloquer ces produits chimiques. De plus, l’angiogenèse peut jouer un rôle dans la formation des plaques à l’intérieur des artères qui conduisent à des crises cardiaques.

Les imitations nicotine

La nicotine se lie aux récepteurs des cellules nerveuses appelés récepteurs nicotiniques ou nicotiniques de l’acétylcholine. Selon le récepteur et d’autres facteurs, cette liaison peut accélérer la signalisation entre les cellules nerveuses ou la ralentir. Il existe au moins une douzaine de récepteurs nicotiniques ; leurs fonctions sont variées et se chevauchent mais impliquent souvent le traitement des pensées.

Les molécules qui se blottissent dans ces récepteurs ne doivent pas nécessairement provenir du tabac ou de la nicotine.

Les sociétés pharmaceutiques investissent dans des composés liés à la nicotine. L’ABT-418 s’est montré prometteur dans le traitement du TDAH. Le DMXB-A (également connu sous le nom de GTS-21) fait actuellement l’objet d’essais préliminaires pour le traitement de la schizophrénie. Il existe une nouvelle pilule antitabac, la varénicline, elle est censée activer les récepteurs nicotiniques juste assez pour que les fumeurs ne subissent pas de sevrage, mais pas assez pour provoquer une dépendance.

Pourquoi le progrès est si lent?

Les chercheurs parlent de médicaments liés à la nicotine depuis des décennies, mais aucun n’est encore sur le marché. Une partie du problème est le lobbie des grandes enseignes de tabac. Un chercheur a suggéré que les médicaments nicotiniques soient appelés «modulateurs des canaux cholinergiques» pour éviter la stigmatisation. Et ce n’est pas qu’une image. Les chercheurs sur la nicotine ont accepté de l’argent des compagnies de tabac.

Même sans ces problèmes, concevoir des médicaments liés à la nicotine est délicat. Les chercheurs doivent trouver des composés sélectifs. Produire un nouveau composant c’est jouer à l’apprenti sorcier, cela touche beaucoup de choses à la fois. Mais pour des médicaments efficaces, nous voulons cibler des sous-types de récepteurs spécifiques.” Un autre obstacle est que les composés liés à la nicotine ont souvent un indice thérapeutique assez réduit : il n’y a pas beaucoup de différence entre une dose utile et une dose toxique. Ce n’est pas insurmontable, mais cela ralentit le développement clinique.

Enfin, la possibilité que la nicotine possède des propriétés angiogéniques peut freiner la recherche. Dans un article de synthèse sur la nicotine et l’angiogenèse, les chercheurs ont déclaré qu’il y avait peu de raisons de s’inquiéter de l’utilisation à court terme. À leur avis, les gommes et les patchs à la nicotine sont sûrs et efficaces lorsque l’on suit les précautions d’emploi. Mais ils ont appelé les scientifiques qui étudient le potentiel thérapeutique des médicaments analogues à la nicotine à prendre en compte les «puissants effets angiogéniques de la nicotine». Les preuves de l’angiogenèse proviennent en grande partie d’études animales, de sorte qu’elles ne s’appliquent pas nécessairement aux humains. Il souligne également le bon bilan de sécurité du patch et d’autres substituts de nicotine, tout en notant qu’il y a eu des inquiétudes légitimes concernant le développement de la résistance à l’insuline.

Patchwork réussi

Les enquêteurs voient si le patch à la nicotine pourrait avoir d’autres utilisations en plus d’aider les fumeurs à cesser de fumer. En 2004, un essai a révélé que le patch améliorait les performances cognitives chez les patients atteints de schizophrénie. Une étude de 2003 a examiné l’efficacité de la thérapie par patch à la nicotine chez des patients non-fumeurs diagnostiqués avec une dépression. Et une étude de 2001 a rapporté des résultats prometteurs pour le traitement du trouble de Tourette avec une combinaison du patch à la nicotine et du médicament antipsychotique halopéridol (Haldol).

Des chercheurs ont rapporté que le taux élevé de tabagisme chez les adolescents et les adultes atteints de TDAH pourrait s’expliquer par leur découverte que la nicotine améliore certains aspects de leur fonctionnement mental. Des études sont faites sur des personnes pour deux essais sur le TDAH – l’un impliquant la nicotine et l’autre un médicament appelé mécamylamine, qui bloque certains récepteurs nicotiniques.

Un domaine de recherche particulièrement prometteur concerne les troubles cognitifs qui sont un précurseur de la maladie d’Alzheimer. En 2004, des chercheurs ont publié une petite étude sur l’effet du patch à la nicotine chez les personnes atteintes de telles déficiences. Ils ont signalé une amélioration significative de la capacité de prise de décision et de l’attention (mais pas de la fonction motrice ou de la mémoire) chez 11 sujets.

Certaines personnes utilisent déjà les patchs à la nicotine pour des problèmes de mémoire. Les chercheurs n’ont pas suffisamment de données pour le recommander la nicotine dans ce type de problème. Mais la solution est là et elle est très prometteuse

Cigarette électronique pas cher

Destockage E-liquide !

Votre Panier